PRESSE


Cette section rassemble l'essentiel des articles parus sur S & J depuis 2012
(les liens sont associés aux images)



Février 2017 / Radio Prun' (Ghetto Blaster)
itw + live autour de Maestria


Février 2017 / Le Rap En France
chronique de l'album Maestria




Février 2017 / Tohu Bohu
chronique + itw autour de Maestria




Février 2017 / Longueur d'Ondes (papier)
chronique de l'album Maestria




Février 2017 / lebonson.org
chronique du clip Histoire de




Janvier 2017 / SURL
chronique du clip Histoire de





Juin 2016 / lasoupedeson.com
chronique du EP Acceptions de J.Keuz




Juin 2016 / The Backpackerz (Cultiz)
chronique d'Acceptions



Juin 2016 / L'imprimerie nocturne
chronique d'Acceptions



Décembre 2015 / Cultiz
rubrique "30 minutes by" (mix de Scoop)



Novembre 2015 / Bandcamp
le morceau "Jeopardy" issu du Ep Nucleus Accumbens (Scoop), dans la sélection weekly du site.




Novembre 2015 / Davy Croket (Bordeaux)





Juin 2015 / 37° mag (Tours)

Scoop & J.Keuz : verbe haut / verve hot

Le rap, version un beatmaker + un MC qui se renvoient la balle dans une "joute verbale explosive", on pensait que c’était un modèle fini, mort et enterré depuis l’essoufflement de maîtres du genre comme NTM par chez nous ou Public Enemy par là-bas…
Seule formation de la région Centre présents dans les inouïs 2014 au Printemps de Bourges, le duo (ex)berruyer (à présent Nantais), redonne avec talent des lettres de noblesse à cet exercice littéraire forcément périlleux.
Au Festival Aucard hier soir, il a fallu une poignée de morceaux pour entrer dans le jeu de Scoop & J.Keuz et réaliser à quel point ils avaient "grandi" en à peine 14 mois.
Si leur prestation au 22 Est à Bourges l’année dernière était déjà d’un haut niveau,
celle d’hier soir à la Gloriette les a hissés à un palier supérieur.

Objet d’étude : texte et représentation, passe ton bac de français avec Scoop & J.Keuz !

Dire que les paroles de rappeurs sont percutantes ou tranchantes relève évidemment du cliché le plus crasse et si Scoop & J.Keuz frappent aussi fort c’est d’abord parce que leur jeu de scène (déplacements, mimiques, intros, échanges, regards, gestes…) colle à leurs paroles avec une pertinence millimétrée. Acteurs autant qu’auteurs de leur musique, ils ont compris avec beaucoup d’intelligence et d’espièglerie que la forme est aussi importante que le fond.
Sur l’écriture, percutante et tranchante (ahah), le duo maîtrise parfaitement l’autodérision et redistribue sans cesse les cartes, passant d’une phrase à l’autre de l’humour 1er, 15e, 2e, 6e degré, bim, bam, boum, à un truc super profond qui tue et qui ne te fait plus rire du tout, d’un coup.

Cet enivrant voyage dans les mots, les registres, les niveaux de langue d’un côté et les gestes de l’autre, s’appuie sur du très lourd côté prod (Scoop), bourrées de références, pleines de rebondissements, tantôt sobres, tantôt intenses ; Avec un Stig aux platines toujours calé à la demi-seconde sur les pérégrinations verbales de ses deux bondissants compères. Un conseil, courez les voir sur scène, ils sont très très forts.





Mai 2015 / festival Aucard de Tours

Si Scoop & J.Keuz (prononcer Scoop et J "point" Keuz) peuvent se targuer d’avoir de "l’acide dans les idées", c’est qu’ils ont à coeur de proposer un rap travaillé, ciselé, cérébral et hors des sentiers battus.
C’est après 10 ans de collaborations diverses que le beatmaker Scoop et le MC J.Keuz s’associent définitivement pour défendre un univers propre et longuement mûri, accompagné sur scène de Stig aux platines.

Côté textes, être engagé sans être moralisateur, c’est comme être militaire sans porter le fusil, ou encore être prêtre sans respect de la chasteté ou encore être métalleux sans porter les cheveux long ou encore… Bref, en tous cas c’est le tour de force que parvient à réaliser J.Keuz à renforts de textes incisifs, bruts et irrévérencieux à souhait (ratissant large en termes de cibles) où poignent cependant çà et là érudition et poésie.
Les prods soignées de Scoop soutiennent la baraque (pas de bonne maison sans bonnes fondations), lorgnant entre old school et modernisme, vers toujours plus d’efficacité et d’énergie communicative.

Sans doute un des projets hip-hop les plus enthousiasmants de la région et qui devrait clairement compter dans ce genre où pire et meilleur se côtoient en continu. Tout au moins tant que les gars garderont de la suite dans les idées.





Mars 2015 / le Berry Républicain






Janvier 2015 / Genius





 Décembre 2014 / Cultiz
L'acide dans le "top rap fr 2014"





Décembre 2014 / WATM
L'acide dans le "top 50 albums 2014"





Novembre 2014 / Radio Régie-5 (Bruxelles)
Le morceau Viens-y! en ouverture de l'émission Let the good times roll





 Novembre 2014 / festival HipOpsession

L’un aux beats, l’autre aux textes.
Sans artifice, Scoop et J.keuz soignent un rap singulier qui marque dès la première écoute.
Formé en 2011 après plus de dix ans de projets communs, le duo insuffle des lyrics soignés, sans fausse modestie, dans la lignée de JP Manova, Rocé ou Flynt, avec qui ils ont déjà pu partager l’affiche.
Un hip hop déroutant et addictif qui pioche dans la musique orientale, le dub ou bien encore le rock.

L’acide dans les idées, deuxième album sorti en avril 2014, marque leur attrait pour un son dépouillé, qui va à l’essentiel et met en avant le flow décousu de J.keuz.
Inouïs "HipHop"  du Printemps de Bourges en 2014, le duo aujourd’hui installé à Nantes, clame sur scène un rap "engagé" (guillemets de rigueur) sans être moralisateur, mais ancré dans son époque.






Août 2014 à Mars 2015 / Radio Prun' (Nantes)
Le morceau Une chemise et un cul en rotation quotidienne




Août 2014 / The Backpackerz.com
Heavy rotation #12 : le meilleur du rap français en 2014



Août 2014 / Radio Néo
Le morceau "Si" en rotation quotidienne




Juin 2014 / Cultiz.com (chronique track par track)




Mai 2014 / FERAROCK
Classement des playlists - L'acide en 9ème place sur 100




Mai 2014 / Radio Campus Clermont-Fd
L'acide en playlist - 3ème sur 40




Mai 2014 / Radio Campus Dijon (05'30) 
"Les Moustiques" dans l'émission Boom Bap Original rap




 Avril 2014 / Papier Vinyle (live report)




 Avril 2014 / Radio Campus Dijon (53'40)
"Mot compte dribble" dans l'émission Boom Bap Original rap




Avril 2014 / SURL



Avril 2014 / La Sauce Blog




Avril 2014 / Les chroniques de Darry




Avril 2014 / Longueur d'ondes




Avril 2014 / OpenMinded.com





Novembre 2013 / Radio Prun'
(émission Hip-Hop Shop - fin de la piste)







Juin 2013 / Radio Néo (en ligne ici)

Un beatmaker et un M.C, l'ADN de l'esprit Hip-Hop condensé dans ce duo qui traine ses bottes dans le mouvement depuis quelques années déjà. 
Des textes ciselés qui s'affranchissent des clichés pour proposer une écriture unique, et de l'architecture sonore qui va puiser dans tous les styles, ouverture d'esprit et respect des anciens, il n'en faut pas plus pour avoir un groupe qui réconciliera les puristes et la nouvelle école.




Février 2013 / Les inrocks Lab

" InrocksLab digitape grand ouest"




Novembre 2012 / Radio Régie-5 (Bruxelles)
Le morceau "Mon seul espoir" dans l'émission Let the good times roll (1'19'55)





Septembre 2012 / Radio Campus Orléans
album "Antoine" en playlist




Juin 2012 / Zicazine.com
"ANTOINE" chroniqué par Fred Delforge (en ligne ici)
Il y a déjà dix ans que ces deux artistes font du son ensemble, mais c’est cette année seulement que Scoop et J.Keuz ont tenté le pari de sortir un premier album en formation Beatmaker / Mc, un ouvrage imaginé comme un hommage au film « 2 jours à tuer » dont il se veut en quelque sorte la bande son, revue et corrigée. Sans se poser trop de questions, les deux complices ont donc choisi d’appeler leur album « Antoine », du nom du personnage principal de l’histoire, et ont retracé le parcours destructeur du protagoniste au travers d’une création aux accents hip hop, aux relents electro, un concept qu’ils ont en prime décidé d’emmener à la scène.
En treize titres, Scoop & J.Keuz nous proposent avec leurs mots, mais aussi avec leurs idées et surtout avec leurs sons, une relecture on ne peut plus personnelle du drame de Jean Becker, s’offrant même au passage quelques invités prestigieux comme Proxicat, Piloophaz ou Drop Out pour livrer à l’arrivée un album qui réjouira à coup sur les amateurs du genre musical, mais qui surprendra au moins autant les fans du film qui auront sans doute un peu de mal à entrer sans la moindre arrière pensée dans des titres comme « Les racines de mon attitude », « A double tranchant », « Billet d’humeur de merde » ou encore « Aphasie » qui ne s’encombrent pas de détails, pour au contraire aller droit en direction de leur cible.
Dérangeant donc, mais quelle relecture ne l’est pas, « Antoine » est une sorte de provocation musicale positive, une espèce de poil à gratter qui, s’il arrivait au moment le plus opportun, pourrait bien finir par donner l’idée à un réalisateur de confier sa propre BO à un duo qui sait si intelligemment mélanger l’audace, la technique et l’imagination pour en arriver à des créations pleines d’originalité.
Il y a certainement là de quoi bousculer les clichés les mieux installés.